Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/52

Cette page n’a pas encore été corrigée


534 e ION 3 7

dieux, et que les poètes ne sont autre chose que les interprètes des dieux, étant possédés chacun par celui dont il subit l'in- fluence. C'est pour le démontrer que la Divinité a fait exprès

535 a de chanter le plus beau poème lyrique par la bouche du poète

le plus médiocre. Ne crois-tu pas que j'ai raison, Ion?

Ion. — Si, par Zeus ! je le crois. Tes paroles me touchent à l'âme, Socrate, et je pense que c'est par un privilège divin que les bons poètes sont ainsi auprès de nous les interprètes des dieux.

Socrate. — Vous autres rhapsodes, à votre tour, vous interprétez les œuvres des poètes ?

Ion. — Cela est encore vrai.

Socrate. — Vous êtes donc des interprètes d'inter- prètes ?

Ion. — Absolument, b Socrate. — Or cà, Ion, dis-moi encore, et réponds sans feinte à ma question. Quand tu récites comme il faut des vers épiques, et que tu fais sur les spectateurs l'impression la plus profonde, soit que tu chantes Ulysse sautant sur le seuil, se découvrant aux prétendants et répandant les flèches à ses pieds 1 , ou Achille s'élançant sur Hector 2 , ou un des endroits pathétiques sur Andromaque 3 , Hécube 4 ou Priam 3 , as-tu alors ta raison ? n'es-tu pas hors de toi, et ton âme c transportée d'enthousiasme ne croit-elle pas assister aux évé- nements dont tu parles, soit à Ithaque, soit à Troie, ou par- tout où la scène se passe ?

Ion. — La preuve frappante que tu me donnes là, Socrate ! Je vais te parler sans feinte. Pour moi, quand je débite quel- que passage pathétique, mes yeux s'emplissent de larmes ; si c'est un endroit effrayant ou étrange, d'effroi mes cheveux se lèvent tout droits et mon cœur se met à battre, d Socrate. — Eh bien, Ion, devons-nous le dire alors maître de sa raison, cet homme qui, paré d'un costume aux teintes variées et de couronnes d'or, se met à pleurer dans les sacri-

i. Odyssée, XXII, début. Socrate rappelle un peu inexactement les faits. C'est seulement au v. 35 que le héros se fait reconnaître, après avoir percé d'un trait Antinoos.

2. Iliade, XXII, 3i2 sq.

3. Il, VI, 3 7 o-5o2 ; XXII. 43 7 -5i5 ; XXIV, 7 23- 7 46.

4. XXII, 79 -8 9 ; XXII, 4o5 S q. ; 43o-436; XXIV, 7 4 7 - 7 6o.

5. XXII, 33-78 ; XXII, 408-428; XXIV, 160-717.

�� �