Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/218

Cette page n’a pas encore été corrigée


279 a EUTHYDÈME i5&

nous des biens dans la réalité? Mais n'est-il pas vrai que cette question encore paraît être sans difficulté, et qu'il n'est nul- lement besoin d'un esprit profond pour y trouver aisément réponse ? Le premier venu nous dirait que la richesse est un bien. N'est-ce pas? — Parfaitement, dit-il. — De même

b aussi la santé, la beauté 1 et la possession suffisante des autres avantages physiques? » Il fut de cet avis. « Mais la naissance, le pouvoir, les honneurs que l'on reçoit dans son pays sont évidemment des biens. » Il le reconnut. « Quel bien nous reste-t-il donc encore? Que dirons-nous de la tempérance, de la justice et du courage ? Au nom de Zeus, Glinias, crois-tu que nous aurons raison de les tenir pour des biens, ou de ne pas le faire? Peut-être, en effet, nous le contestera-t-on.Toi,

c qu'en penses-tu ? — Ce sont des biens, dit Clinias. — Bon, repris-je ; etle savoir, quelle place lui ferons-nous dans le chœur ? Le rangerons-nous parmi les biens ? qu'en dis-tu ? — Parmi les biens. — Demande-toi donc si nous n'omettons pas quelque bien important. — Nous n'en oublions aucun, il me sem- ble », répondit Clinias. Et moi, rappelant mes souvenirs, je lui dis : ce Si, par Zeus ! nous risquons d'avoir omis le plus grand des biens. — Lequel veux-tu dire? — La réussite, Clinias: tous les esprits, même les plus médiocres, reconnaissent en elle le plus grand des biens. — Tu as raison », dit-il. Et moi, me ravisant encore une fois, j'ajoutai : « Nous avons bien

d failli faire rire de nous ces étrangers, toi, fils d'Axiochos, et moi-même. — Qu'est-ce à dire ? — Après avoir rangé la réussite dans la série précédente, nous recommencions à l'ins- tant à parler du même objet. — Que veux-tu donc dire ? — Il est assurément ridicule, quand un point a été depuis long- temps mis sur le tapis, de l'y remettre encore, et de dire deux fois les mêmes choses. — Qu'entends-tu par là? dit-il. — La sagesse, dis-je, est à coup sûr une réussite 2 ; un enfant le com- prendrait. » Il s'en montra surpris, tant il est encore jeune et naïf. Et moi, voyant sa surprise : « Ignores-tu, lui dis-je,

e Clinias, que pour se tirer d'affaire dans le jeu de la flûte, ce

i. Une chanson de table attribuée à Simonide de Céos ou à Epi- charme célébrait comme le premier des biens la santé, comme le second la beauté, comme le troisième la richesse « acquise sans fraude ». Voir Gorgias, 45 1 e, et Philebe, f\8 d.

2. La aocpi'a (sagesse ou savoir) a été reconnue un bien (279 c). Or

�� �