Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/110

Cette page n’a pas encore été corrigée


MÉNEXÈNE

[ou Oraison funèbre, genre moral.]

��SOGRATE MÉNEXÈNE

„«. __. _ , Socrate. — D'où vient Ménexène? De

234 a Préambule. „ -

1 agora ?

Ménexène. — De l'agora, Socrate, et de la salle du Conseil .

Socrate. — Qu'as-tu à faire au juste avec la salle du Conseil ? Évidemment tu te crois parvenu au terme de l'éducation et de la haute culture; et, persuadé que tu en es désormais capable, tu songes à te tourner vers les occupations supérieures; tu entreprends, homme admirable, de nous gouverner, nous tes aînés, malgré ton âge, pour que votre b maison ne cesse de donner en toute occasion un gardien 2 à nos intérêts?

Ménexène. — Avec ta permission et ton conseil, Socrate, exercer le pouvoir sera mon ambition; autrement, non. Mais si je suis allé aujourd'hui à la salle du Conseil, c'était sur la nouvelle que les Conseillers s'apprêtaient à choisir l'orateur du discours funèbre; car ils vont, tu le sais, orga- niser des funérailles.

Socrate. — Parfaitement. Mais qui a-t-on choisi?

Ménexène. — Personne; on a remis l'affaire à demain. Je crois pourtant que le choix se portera sur Archinos ou Dion.

i. L'agora (du Céramique), s'étendait au N.-O. de l'Acropole. La salle du Conseil, et la Tholos où les prytanes prenaient leurs repas, faisaient partie du Métrôon, sanctuaire élevé à la Mère des dieux, au sud de l'Agora.

a. Le texte grec dit : un épimélète. Au sens propre, les épimélètes

�� �