Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1905.djvu/142

Cette page n’a pas encore été corrigée
130
la chronique

Les premières explorations.

Il avait su pourtant convaincre M. de Freycinet, alors ministre des Travaux publics, et ce dernier avait constitué, dès 1879, une commission officielle chargée de procéder à des enquêtes préliminaires sur cette question du Transsaharien que Duponchel avait traitée sous tous ses aspects, technique et financier aussi bien qu’économique et politique — mais qu’il convenait pourtant de passer au crible d’une critique sévère et méfiante. Quatre missions furent aussitôt organisées. L’une, celle de l’ingénieur Choisy, explora en grand détail la région comprise entre Laghouat, Biskra, Ouargla et El Golea ; une seconde, partie d’Oran, et une troisième, partie de Saint-Louis du Sénégal (cette dernière sous la direction de Soleillet) ne réussirent point à exécuter le programme qu’on leur avait tracé ; la quatrième commandée par le colonel Flatters donna des résultats si probants qu’une fois rentré à Ouargla, le colonel fut invité à repartir afin de pousser plus loin. Malheureusement on ne lui permit pas de prendre les mesures qu’il jugeait nécessaires à sa sécurité et à celle de ses compagnons. Le pacifisme qui n’est