Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/174

Cette page a été validée par deux contributeurs.
162
la chronique

disséminées, un peu à l’aventure, à travers le monde, a succédé le système des groupements compacts. C’est cette pensée qui a présidé aux annexions et occupations opérées en Afrique et en Asie par la République. Madagascar, l’Afrique Française, l’Indo-Chine forment des ensembles dont les superficies dépassent celle de la mère-patrie et auxquels leurs situations et leurs ressources réservent un brillant avenir.

Colonies d’Amérique et d’Océanie.

Dans ces deux parties du monde, la France n’a plus cherché à s’agrandir[1]. Ses colonies Américaines sont au nord, l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon, au centre, la Martinique et la Guadeloupe avec leurs dépendances et, sur le continent, la Guyane Française.

L’archipel de Saint-Pierre et Miquelon, pauvre et peu peuplé, tire toute sa valeur du voisinage des

  1. La petite île de St-Barthélemy, dépendance de la Guadeloupe, lui a pourtant été rétrocédée en 1878 par la Suède.