Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/99

Cette page a été validée par deux contributeurs.

pondit le Roy, que je le remercie, & qu’il me fait plaisir. Une autre fois il alla se cacher dans un blé tenant toûjours son sac ouvert, & lors que deux Perdrix y furent entrées, il tira les cordons, & les prit toutes deux. Il alla ensuite les presenter au Roy, comme il avoit fait le Lapin de garenne. Le Roy receut encore avec plaisir les deux Perdrix, & luy fit donner pour boire. Le chat continua ainsi pendant deux ou trois moi