Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/75

Cette page a été validée par deux contributeurs.

beauté des tapisseries, des lits, des sophas, des cabinets, des gueridons, des tables & des miroirs, où l’on se voyoit depuis les pieds jusqu’à la teste, & dont les bordures les unes de glace, les autres d’argent, & de vermeil doré, estoient les plus belles & les plus magnifiques qu’on eut jamais veuës : Elles ne cessoient d’exagerer & d’envier le bonheur de leur amie, qui cependant ne se divertissoit point à voir toutes ces richesses,