Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/210

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

bles. Ils croyoient n’entendre de tous côtés que des heurlemens de loups qui venoient à eux pour les manger. Ils n’osoient presque se parler ny tourner la teste. Il survint une grosse pluye qui les perça jusqu’aux os ; ils glissoient à chaque pas & tomboient dans la boüe, d’où ils se relevoient tout crottés, ne sçachant que faire de leurs mains. Le petit Pouçet grimpa au haut d’un arbre pour voir s’il ne découvrirait rien ; ayant tourné la teste