Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/96

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
96
la guerre des boutons


Les plumes grincèrent sur le papier pour la date qu’on mettait. Lundi… 189…

Éphémérides : commencement de la guerre avec les Prussiens. Bataille de Forbach !

– Dis, Tintin, demanda Guignard, je vois pas bien, est-ce que c’est Forbach ou Morbach ?

– C’est Forbach ! Des Morbachs, c’est l’artilleur de chez Camus qui en parlait aux Chantelots l’autre dimanche qu’il était en permission. Forbach ! ça doit être un pays !

Le devoir se fit en silence, puis un marmottement sourd, croissant peu à peu en volume et en intensité, indiqua qu’il était fini et que les écoliers profitaient du répit qu’ils avaient entre les deux exercices pour repasser la leçon suivante ou échanger des vues personnelles sur les situations respectives des deux armées belligérantes.

Lebrac triompha en système métrique. Les mesures de poids c’est comme les mesures de longueur, il y a même deux multiples en plus ; et il jonglait intellectuellement avec les myriagrammes et les quintaux métriques ni plus ni moins qu’un athlète forain avec des haltères de vingt kilos ; il ébahit même le père Simon en lui débitant du plus gros au plus petit tous les poids usuels, sans rien omettre de leur description particulière.

– Si vous saviez toujours vos leçons comme