Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/74

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
74
la guerre des boutons


Puis, sa justice ayant passé, il ajouta d’un ton sec et qui n’admettait pas de réplique :

— Et file te coucher maintenant, et vivement, hein ! nom de Dieu ! et que j’entende « quéque chose » !…

Sur sa paillasse de turquit[1] et son matelas de paillette[2], Lebrac s’étendit las intensément, les membres brisés, le derrière en sang, la tête bouillonnante ; il se retourna longtemps, médita longuement, longuement et s’endormit sur son désastre.

  1. Paille de maïs.
  2. Balle d’avoine.