Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE iv

PREMIERS REVERS


Ils m’ont entouré comme la beste et croyent qu’on me prend aux filetz. Moy, je leur veulx passer à travers ou dessus le ventre.
Henri IV (Lettre à M. de Batz, gouverneur de la ville d’Euse, en Armagnac, 11 mars 1586).



Les jours qui suivirent cette mémorable victoire furent plus calmes. Le grand Lebrac et sa troupe, confiants dans leur succès, gardaient l’avantage et, nantis de leurs lances de coudre pointusées au couteau et polies avec du verre, armés de sabres de bois avec une garde en fil de fer recouverte de ficelle de pain de sucre, poussaient des charges terribles qui faisaient frémir les Velrans et les ramenaient jusqu’à leur lisière parmi des grêles de cailloux.

Migue la Lune, prudent, restait au dernier rang, et l’on ne fit pas de prisonniers et il n’y eut pas de blessés.