Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/328

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE VIII.

le traître châtié


Le trouble de mon âme étant sans guérison,

Le vœu de la vengeance est un vœu légitime.

malherbe (Sur la mort de son fils).


— Si on allait faire un tour à la cabane ? proposa insidieusement La Crique, le dimanche après vêpres, quand tous ses camarades furent réunis, sous l’auvent de l’abreuvoir, autour du général.

Bacaillé frémit de joie sans se douter le moins du monde qu’il était observé discrètement.

Au reste, à part les quatre chefs qui avaient pris part à la promenade de la veille, nul, pas même les Gibus, ni Gambette, ne se doutait de l’état dans lequel se trouvait la cabane.

— Faudra pas se battre aujourd’hui, conseilla Camus, allons-y par la vie à Donzé.

On acquiesça à ces propositions diverses et la