Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/275

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE IV.

récits des temps héroïques


En ces temps, époque lointaine, merveilleuse…
charles callet (Contes anciens).


Chacun, à l’exclamation des chefs, reprit sa pomme, et tandis que Camus, passant entre les rangs, offrait avec une nonchalante élégance les cigares de « véllie », Grangibus, lui, distribuait les morceaux de sucre.

– Tout de même, quelle noce !

– M’en parle pas, quelle bringue !

– Quel gueuleton !

– Quelle bombe !

Lebrac, en connaisseur, agitait son litre d’eau-de-vie où des bulles d’air se formaient qui venaient s’épanouir et crever en couronne au goulot.

– C’est de la bonne, affirma-t-il. Elle a de la religion, elle fait le chapelet. Attention, j’vas passer ; que personne ne bouge !