Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/90

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE M ^’ S T È H 1^ :

Ces gens-là font le gros de Tarmée. Il faut aussi des

troupes. II ne suffît pas d’avoir des chefs qui marchent

en tête. Ces gens-là partent fort honnêtement en croisade, au

moins une fois sur les deux, et font très honnêtement

la croisade. Ils se battent très bien et se font tuer très proprement

et gagnent le royaume du ciel Tout comme un autre. (Je veux dire comme un autre gagnerait le royaume du

ciel. Ou je veux dire comme eux-mêmes ils gagneraient un

autre royaume, Un royaume de la terre.) C’est ce qu’il y a de plus

remarquable en eux. Ils s’en vont les uns comme les autres, en troupe, les

uns derrière les autres. Sans se presser, sans s’étonner, sans faire des grands

gestes, Très honnêtement, fort ordinairement. Sans faire un éclat et ils finissent tout de même Par conquérir le royaume du ciel. Ou encore ils gagnent le royaume du ciel comme on

gagne un royaume de la terre, Ils attaquent le royaume du ciel comme on attaque un

royaume de la terre, A main foi^te et cela ne réussit déjà pas si mal. Violenli

rapiunt. Us vous font d’ailleurs tout cela fort honnêtement,

très communément, comme allant de soi. Gomme si ce fût la chose la plus naturelle du monde. Seulement ces malheureux ne veulent pas avoir la

82