Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/67

Cette page n’a pas encore été corrigée


DES SAINTS INNOCENTS

la loi, pour nourrir sa femme et ses trois enfants. Qui le soir a mangé une bonne assiettée de soupe et bu

un malheureux verre de vin. El qui s’est couché dans son lit recru de fatigue, Rompu. Ce que je n’ai pas fait pour les rois d’Égypte et pour

les rois de Babylonie. Vous voudriez que je le fasse pour ce malheureux. Qui a femme et enfants.

Croyez-vous que je vais le prendre en traître ? Et qui serais-je, moi leur père. Non, non, rassurez- vous. Suis-je donc un mercenaire qui ramasserait Et qui volerait du bois pour son feu. Quand un de ces malheureux meurt dans son sommeil, Ayant fait sa prière du soir, Son Noire Père et son Je vous salue Marie, C’est bon signe ; son affaire est bonne. C’est signe qu’il était mûr pour paraître devant mon

tribunal. Mûr dans le bon sens. Voilà les surprises que je fais. Je le jugerai comme un

père. Un homme avait deux fils. Et l’on sait comment les

pères jugent. Celui qui a fait sa prière peut lever l’ancre Pour la traversée de la nuit. nuit, dit Dieu, ma fille au grand manteau, ma fille au

manteau d’argent. Par loi j’obtiens quelquefois le désistement de l’homme. Et le renoncement de l’homme. Et le déraidissement de l’homme.

59