Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/338

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il fallut qu’elle vît par un commun partage
Arriver justement le sort que nous craignons,
Et la loi qui nous sauve et que nous enfreignons
Exposée à périr dans ce même naufrage ;

Il fallut qu’elle vît dans le même mouillage
Sombrer le désespoir que seul nous étreignons,
Et qu’elle vît cet ordre où nous nous astreignons
Perdre ses bancs de rame et son amarinage ;

Il fallut qu’elle vît dans ce commun dommage
Plier la discipline où nous nous contraignons,
Et qu’elle vît l’astreinte où nous nous restreignons
Se détendre et crever comme un mauvais bordage ;

Il fallut qu’elle vît dans le mouvant sillage
Flotter et s’enfoncer la mort que nous ceignons,
Et qu’elle vît couler le sang dont nous teignons
Notre robe lustrale et notre enfantillage ;

Il fallut qu’elle vît par un jeu de mirage
Reculer le but fixe et que nous atteignons,
Et qu’elle vît le terme où nous nous rejoignons
Se dérober à nous en plein atterrissage ;