Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/324

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Un jour sur la montagne et l’honnête rescrit
De par le roi du ciel et le pardon prescrit
Par la nouvelle loi, c’est Dieu même transcrit

De Moïse en Jésus, c’est Satan circonscrit,
C’est tout ce qu’il fallait pour que Jésus souffrît,
Les armes de Jésus c’est surtout Jésus-Christ :

C’est tout ce qu’il fallait pour que Jésus ouvrît
La porte du tombeau, pour que Jésus offrît
Le premier sacrifice et qu’il rendît l’esprit ;

C’est tout ce qu’il fallait pour que Jésus couvrît
Le pécheur devant Dieu, pour qu’il redécouvrît
Le chemin du salut et pour qu’il entreprît

De remonter la pente et pour qu’il se reprît
Et qu’il reprît le monde et pour que l’homme apprît
Le chemin difficile et pour qu’il désapprît

La route sans cailloux et pour qu’un jour en Gaule,
D’autres soldats romains, le manteau sur l’épaule.
Le torse bien moulé dans leurs lames de tôle,

Chevauchant par la route épaisse comme un môle,
La lance entre les doigts comme on tient une gaule,
Un jour en plein hiver sous la neige du pôle,