Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/220

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE M Y S T È R E

Nemo poterat dicere canticum, personne ne pouvait dire

ce cantique. (Tel est leur exorbitant privilège et la grande faveur

injuste De ma grâce éternellement juste).

nisi illa centiim quadraginla quatuor millia, qui empli sunl de terra.

si ce n’est ces cent quarante-quatre mille, qui furent enlevés de la terre.

Christianus sum,je suis chrétien, ce cri du témoignage.

Proféré dans les supplices les plus affreux,

Crié à la face du ciel.

Crié doucement à la face des bourreaux,

Ce cri du témoignage, de ce témoignage que nous

nommons le martyre. Proféré sur un tel théâtre et dans une telle, dans une si

dure condition, Aux plus grands martyrs n’a point ouvert ce singulier,

cet éminent privilège. Ce privilège exorbitant, cet unique privilège. Injuste. Juste. Purement gracieux. Proprement gracieux. Et voici.

Voici que ces cent quarante-quatre mille innocents. Voici que ces cent quarante-quatre mille enfants N’ont eu qu’à naître, et rien de plus. Tels sont les

mystères, tels sont les secrets.

212