Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/100

Cette page n’a pas encore été corrigée


L E M Y S T È R i : Va il demande à Joinville, il sollicite que le fidèle « Toi

ville Fasse son salut. Veuille bien faire son salut. Quelle

sollicitation. Il a soin de le prendre à part. Il attend

que les deux frères soient partis. Quelle douceur, quel père parlerait plus doucement à

son fils. Comment me dites-vous hier ce ’/ Et je lui dis que encore lui disais-je. Et il me dit : Vous dites comme hastis musars ;

(comme hâtif musard, comme hâtif étourdi,

comme hâtif étourneau^ ; il feint presque de plaisanter, de commencer sur un Ion

assez plaisant, justement comme un qui a peur, l’récisément comme celui qui va entrer dans le piopos

le plus grave, Qui va causer, qui va traiter de l’intérêt le plus grave) ; (ainsi commencent les joutes les plus redoutables) ; Et le sérieux profond arrive tout aussitôt après. Entre incontinent dans le corps même et dans le texte

de cette plaisante, De cette redoutable entrée. Vous dites comme hktis

musars ; car vous devez savoir que nulle si laide lèpre nt’st comme d’être en péché mortel, pour ce que l’âme qui est en péché mortel est semblable

au diable : par quoi nulle si laide lèpre ne peut être.

92