Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/413

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIÈME VERTU

Les pestilences mêmes tu les détournes et elles ne t’atteignent pas et elles ne te servent que de fumier

Pour tes mystérieux, pour tes merveilleux jardins. peuple tu as bien appris les leçons de mon Fils. Qui était un grand Jardinier.

Peuple secrètement aimé c’est toi qui as le mieux réussi.

Peuple jardinier toujours une eau saine arrosera tes terres.

Peuples ; peuple qui ne recules devant aucunes pesti- lences.

mon peuple français, ô mon peuple lorrain. Peuple pur, peuple sain, peuple jardinier.

Peuple laboureur et cultivateur.

Peuple qui laboures le plus profondément

Les terres et les âmes.

Toujours tes eaux seront des eaux vives.

Kt tes sources toujours des fontaines jaillissantes.

Toujours tes rivières seront des eaux courantes et tes fleuves.

Et tes secrètes sources dans tes mystérieux.

Dans tes merveilleux, dans tes douloureux jardins.

Toujours une eau courante, une eau saine arrosera tes prés.

Toujours une eau saine montera dans ton Blé.

Toujours une eau saine, rare, abondante, une eau pré- cieuse, toujours une eau saine montera dans ta Vigne.

Peuple qui fais le Pain, peuple qui fais le Vin.

O ma terre lorraine, ô ma terre française,

Peuple qui suis le mieux, qui as le mieux pris les leçons de mon fils.

Peuple accointé à cette petite Espérance.

Qui jaillit partout dans cette terre.

405