Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/117

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grand mystère de la création. C’est un plus grand mystère que l’Incarnation même et que la Rédemption, que le mystère de l’Incarnation et que le mystère de la Rédemption. Car la Passion de Jésus, au moins on voit à quoi que ça sert. Et toute l’Incarnation s’éclaire de toute la Rédemption.


Jeannette

— S’il faut donc, pour sauver de la flamme éternelle
Les corps des morts damnés s’affolant de souffrance,
Laisser longtemps mon corps à la souffrance humaine,
Mon Dieu, gardez mon corps à la souffrance humaine ;

Et s’il faut, pour sauver de l’Absence éternelle
Les âmes des damnés s’affolant de l’Absence,
Laisser longtemps mon âme à la souffrance humaine,
Qu’elle reste vivante en la souffrance humaine.


Madame Gervaise

— Taisez-vous, ma sœur : vous avez blasphémé :
Car si le fils de l’homme, à son heure suprême,
Cria plus qu’un damné l’épouvantable angoisse,
Clameur qui sonna faux comme un divin blasphème,
C’est que le Fils de Dieu savait.


On se demande pourquoi il aurait poussé cet effroyable cri. Autrement on se demande.

Tous les textes sont formels, il a poussé à ce moment-là un cri effroyable.

Alors on se demande pourquoi il aurait poussé, à ce moment-là, ce cri effroyable.

C’était le contraire. Il devait être content.