Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/453

Cette page n’a pas encore été corrigée


LA CHANSON DU ROI DAGOBERT

cères. Hommes précieux. Soutiens solides et véritables ornements de ce royaume. Hommes frais. Hommes nouveaux. Hommes neufs. Connais tout mon bonheur, Éloi. Et connais tout le bonheur de ces hommes. Hs sont ignorants. C'est-à-dire que leur mémoire n'est nullement préoccupée. Ils sont ignorants. Hommes frais Troupes fraîche'^. Mémoires non encore fatiguées. Papier blanc. Toile bise. Hommes admirables, et tels que tu ne les connais pas, car tu n'as jamais connu que des élèves, dont moi. Hommes qui ne furent jamais élèves, car pendant que leur corps, sournoisement, avait l'air de suivre, leur âme libre faisait une perpé- tuelle école buissonnièrj. Hommes admirables, et pen- dantque pour nous, hommes fatigués, élèves et maîtres, la Voukie est une rivière à mettre et mise en alexan- drins, pour eux la Voulzie est une rivière commune, la Voulzie est une rivière comme une autre, de la vraie eau coulant entre deux berges vraies d'herbe vraie sur un vrai fond de terre et de vase ; et pendant que nous on ne peut pas prononcer devant nous le nom de Voulzie sans que nous fassions au moins un impercep- tible signe de reconnaissance, et pendant que nous la première fois qu'on nous dit : C'est la Voulzie, nous demeurons stupides comme si nous n'eussions jamais envisagé cette éventualité, au contraire ces hommes ignorants, vraiment sages, vraiment neufs, entendent prononcer le nom de la Voulzie comme un nom parfaitement nouveau, et quand ils ont admis ce nom dans leur mémoire, ils ont uniment et simple- ment admis ce nom comme le nom d'un ruisseau com- mun de Brie. Heureux hommes, hommes enviables, qui recevaient en leur mémoire à Provins le nom de la

445

�� �