Ouvrir le menu principal

Page:Parnasse de la Jeune Belgique, 1887.djvu/230

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





Œil pour Œil



J’ai voulu, tu m’as refusé ;
Tu veux, c’est moi qui te refuse ;
Tu m’aimes ?… Ne crains rien : ça s’use,
Puisque chez moi ça s’est usé