Page:Paquin, Huot, Féron, Larivière - La digue dorée, 1927.djvu/82

Cette page n’est pas destinée à être corrigée.


81» LA VIE C YNADIENNE Paraissez à votre avantage Téléphone Est 0422 SALON DE COIFFURE “PRINCESSE” Le plus beau et le plus hygiénique de l’Est COUPE DE CHEVEUX ONDULATION MARCELLE SHAMPOO (le toutes sortes MANICURE MASSAGE ETC., ETC., ETC. Coin STE-CATHERINE et BEAUDRY LA VIERGE D’IVOIRE —Très malheureux. . . c’est vous qui le dites. —Et vous pensez que je pourrais peut-être le ramener à l’espoir de la vie, à la joie ? —Je le pense, mademoiselle. C’est pourquoi vous me voyez accourir près de vous. —Comme ça, ça vous ferait plaisir que je sois la femme de votre Fernand ? —Puisque vous ramènerez la joie et le bonheur chez nous ! —Mais il aime l’autre encore ? —Hélas ! fit seulement AI. Drolet en baissant la tête. —Et moi. . . il ne m’aime pas. . . il lie m’aime plus ! —Il vous estime certainement... il vous aime peut-être encore ! Mais en ce moment, il est comme fou. Si on lui parle de vous, il ne sait pas au juste. —Ah ! monsieur Drolet, soupira Hortense, je sais bien que s’il m’aime encore, cela ne peut être autant que l’autre ; je l’ai bien compris quand j’ai vu Fernand la dernière fois. Oh ! vous savez, je ne l’en blâme pas ! Pauvre garçon ! je sais bien moi aussi qu’on ne peut pas se défendre des sentiments qui envahissent notre âme. Vous voyez, moi, je suis comme lui : je voudrais chasser de mon coeur et de mon esprit ce que je ressens pour lui, mais.. . —Vraiment, vous l’aimez ? —Vraiment ! Moi ! Mais regardez donc dans mes yeux, vous y verrez jusqu’au tréfonds de mon âme : ce n’est pas un secret ! Alors comprenez-vous que je l’aime ? Eh bien ! je l’aime assez que, si cela m’était possible, je lui donnerais sa Lysiane. . . je la lui donnerais, vrai comme vous êtes là ! —Vous feriez cela ? —Si vous l’exigez, je vais le faire ! —Il est trop tard, vous ne pourriez pas, et je ne le voudrais pas ! répliqua AI. Drolet en secouant la tête. —0 mon Dieu ! dit Hortense avec un soupir atroce, ce que nous sommes misérables, des fois, dans ce monde ! La jeune fille laissa tomber sa belle tête sur l’épaule de AI. Drolet et pleura. Très ému, le père de Fernand posa ses lèvres sur le front de la jeune fille et murmura dans une prière : —Hortense, venez voir Fernand ! ROMANS POPULAIRES Les Prisonnières de Kazan par Léon Lambry Le Brdhme d’Ellora par Paul D’Ivoi La Veiîx/eance des Seminoles par Cne Mayne-Reid Le Fils du Planteur par Maurice Champagne La Pagode d’Or par Maurice Mario Forfaiture par A. De Lorde et M. Landay Prix : 25 c. — Par malle : 30 c. LIBRAIRIE JULES PONY 374, rue Ste-Catherine-Est MONTREAL