Page:Palante - Précis de sociologie, 1901.djvu/93

Cette page a été validée par deux contributeurs.


rappelle dans le Ventre de Paris de M. Zola le doux et inoffensif Florent traqué par les imbéciles haines du quartier, parce qu’il vit dans sa solitude et son rêve d’utopique philanthrope. Celui qui devient le criminel, c’est celui qui reste à l’écart des ineptes et enragées coalitions grégaires ; c’est celui qui ne veut pas hurler avec les loups.

Une conséquence de cet esprit de solidarité et de grégarisme conservateur, c’est la généralisation du respect et de la crainte de l’opinion publique. C’est aussi la généralisation de ce que Nietzche appelle la vanité grégaire. « Le vaniteux, dit-il, se réjouit de toute bonne opinion qu’on a de lui (sans prendre en considération son caractère vrai ou faux), comme aussi il souffre de toute mauvaise opinion : car il s’assujettit à toutes deux ; il se sent assujetti, à cause de cet instinct d’assujettissement plus ancien, qui prend le dessus. C’est « l’esclave » dans le sang du vaniteux, un reste de la rouerie de l’esclave, c’est l’esclave qui se met à se prosterner aussitôt devant cette opinion, comme s’il ne l’avait pas provoquée. — Et je le répète : la vanité est un atavisme[1].

La Société ne manque pas d’utiliser pour sa conservation ces tendances de l’individu à l’asservissement, et elle déifie l’Opinion publique.

Une philosophie autarchique et individualiste adopte au contraire la devise de Tolstoï : « Ne juge pas » avec la maxime qui est son complément nécessaire ! « Moque-toi de l’opinion des autres. » « L’homme le plus puissant est celui qui est le plus seul, » dit Ibsen.

Les observations qui précèdent s’appliquent à toute solidarité ayant la prétention d’exercer une influence sur les consciences et un contrôle sur les actes individuels. — Il y aurait lieu de se demander si elles s’appliquent à une solidarité purement économique.

  1. Nietzche, Par delà le Bien et le Mal, § 261.