Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/82

Cette page n’a pas encore été corrigée


le porche

Il n'y a pas de danger qu'ils demandent à s'en aller. Il faudrait les payer cher pour qu'ils s'en aillent. Ils ne voudraient pas donner leur place à d'autres.

Par conséquent on ne pourrait pas trouver un meilleur patron que saint Pierre.

��Mais il vient un jour, il vient une heure.

Il vient un moment où saint Marcel et sainte Germaine.

Et saint Germain lui-même et notre grande amie cette

grande sainte Geneviève. Et ce grand saint Pierre lui-même ne suffit plus. Et où il faut résolument faire ce qu'il faut faire.

��Alors il faut prendre son courage à deux mains.

Et s'adresser directement à celle qui est au-dessus de

tout. Être hardi. Une fois. S'adresser hardiment à celle qui

est infiniment belle. Parce qu'aussi elle est infiniment bonne.

A celle qui intercède.

La seule qui puisse parler avec l'autorité d'une mère.

S'adresser hardiment à celle qui est infiniment pure. Parce qu'aussi elle est infiniment douce.

��74

��I

�� �