Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/168

Cette page n’a pas encore été corrigée


le porche

Toutes les paraboles sont belles, mon enfant, toutes les

paraboles sont grandes. Et notamment les trois paraboles de l'espérance. Et toutes les trois paraboles de l'espérance en outre

sont jeunes, mon enfant. Mais sur celle-ci des centaines et des milliers d'hommes

ont pleuré. Des centaines de milliers d'hommes. Par celle-ci.

Battus des mêmes sanglots pleuré les mêmes larmes. Fidèles, infidèles.

Se recommençant les uns les autres. Les mêmes.

Roulés des mêmes sanglots Dans une communion de larmes. Couchés, penchés, soulevés des mêmes sanglots pleuré

les mêmes larmes. Fidèles, infidèles. Secoués des mêmes sanglots. Pleuré comme des enfants.

Un homme avait deux fils. De toutes les paroles de Dieu C'est celle qui a éveillé l'écho le plus profond. Le plus ancien. Le plus vieux, le plus neuf. Le plus nouveau. Fidèle, infidèle. Connu, inconnu. Un point d'écho unique.

C'est la seule que le pécheur n'a jamais fait taire dans son cœur,

l6o

�� �