Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/118

Cette page n’a pas encore été corrigée


le porche

C'est à nous qu'il appartient, c'est de nous qu'il dépend

d'assurer aux paroles Une perpétuité éternelle, une perpétuité charnelle, Une perpétuité nourrie de viande, de graisse et de sang.

��Nous qui ne sommes rien, qui ne durons pas,

Qui ne durons autant dire rien

(Sur terre)

C'est insensé, c'est encore nous qui sommes chargées

de conserver et de nourrir éternelles Sur terre Les paroles dites, la parole de Dieu.

��Mystère, danger, bonheur, malheur, grâce de Dieu, ,

choix unique,

responsabilité effrayante, misère, grandeur de notre vie,

nous créatures éphémères c'e?t-à-dire qui ne passons qu'un jour,

qui ne durons qu'un jour,

pauvres femmes viagères qui travaillons comme des mercenaires,

qui ne s'arrêtent dans un pays que pour faire la mois- son seulement ou la vendange,

qui s'embauchent pour une paye pour quinze jours trois semaines seulement,

et qui aussitôt après repartent par la route,

sur le chemin,

tournent au coin des peupliers,

110

�� �