Page:Olympe de Gouges - Le Cri du sage.pdf/7

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Je vois que l’alarme regagne les eſprits, que la confiance acheve de ſe perdre chaque jour, & que tout vient déſeſpérant.

Eſpérons cependant qu’une criſe favorable, va ſe faire avant peu dans les États-Généraux : je n’ai pu m’en défendre ; la crainte que j’ai que la Nation va ſe perdre & entraîner celle de ma patrie, m’a transporté au-deſſus de moi-même. Je m’écrie, je m’élance, & mon zèle perce à travers le préjugé.

On peut exclure les femmes de toutes Aſſemblées nationales, mais mon génie bienfaiſant me porte au milieu de cette Aſſemblée, il lui dira avec fermeté que l’honneur même des premiers des Gentilhommes Français fut fondé ſur le bien de la Patrie, & qu’il s’écarte de ces nobles principes en s’éloignant du ſein du reſte de la Nation.

Si l’amour-propre l’emporte ſur la raiſon, ſans doute, Meſſieurs, vous allez condamner cet écrit ; mais l’auteur a une trop grande idée de vos nobles procédés, pour ne pas eſpérer que vos véritables ſentimens l’emporteront ſur cet