Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée
161
le point de départ

L’Assemblée eut le double et pénible devoir de ratifier le traité de Francfort et d’appuyer le gouvernement dans la répression de l’insurrection communiste de mars 1871[1]. De Bordeaux les pouvoirs publics se transportèrent à Versailles. Le 31 août 1871 un scrutin de 480 voix contre 93 conféra pour trois ans à Ad. Thiers le titre de président de la République Française. Dans la pensée de nombre de députés acquis à la pause monarchique, il s’agissait d’un régime d’attente ne préjugeant point de l’avenir. Ce n’en était pas moins la ratification de l’initiative populaire prise le 4 septembre 1870 et comme une sorte de consécration du principe républicain.

On commença, dès lors, d’employer l’expression : troisième république — de même qu’on désignait le règne de Napoléon iii sous le nom de : second empire. Mais il convient d’observer qu’il ne s’agissait point, comme ces mots le donneraient à penser, d’institutions ayant antérieurement existé et qui auraient été simplement rétablies. La première et la seconde république n’avaient eu l’une et l’autre qu’une durée éphémère et ne pouvaient fournir à la troisième que des traditions violentes ou utopiqucs d’une utilisation inopportune. Les circonstances étaient nouvelles ; les procédés le furent également. Un an après la création de la République, ses légis-

  1. Cette insurrection ensanglanta Paris, déjà si éprouvé par un long siège. Le palais des Tuileries et d’autres monuments furent détruits. Le caractère internationaliste du mouvement a été mis en relief, notamment dans une circulaire diplomatique de Jules Favre, attirant sur ce point l’attention de nos représentants à l’étranger.