Ouvrir le menu principal

Page:Normand - Pensées de toutes les couleurs, Calmann-Lévy.djvu/197

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tombe. Et l’un des causeurs, suivant d’un geste le souffle léger :

— « Notre jeunesse qui passe ! » fait-il.

Certains chefs-d’œuvre ont leurs imperfections qui blessent. À Milan, à la Brera, devant l’admirable tableau de Bellini, j’ai souffert avec le Christ, j’ai pleuré avec la Mère douloureuse ; mais j’ai dû, en la voilant de ma main, épargner à mon regard la partie droite du tableau où la tête insignifiante, banale et « jolie » de saint Jean-Baptiste met une tache incompréhensible.

On admire Hugo plus qu’on ne l’aime parce qu’il fut heureux ; on aime Musset autant qu’on l’admire parce qu’il a souffert. Concluons-en que, si notre orgueil est flatté par les triom-