Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

300« Al recerqier des rens sovent tornés,
« Monjoie le Karlon haut escriés,
« Et sovent et menu grans cos ferés.
« Par che serés cremus et redoutés ;
« Autretel fist vos peres que chi veés.
305 — Sire, » che dit Aiols, « c’est verités :
« Bien conoi que c’est voir que dit avés.
« Or vous plevi ge bien ma loiauté(s),
« Ne ferai couardie en mon aé,
« Ne felonie, traison porpenser,
310« Ne ja a mon linage n’iert reprové
« C’on i truisse boisdie ne lasquetés.
— E dieus ! » che dist Elie[s], « molt par es ber !
« Bien sai qu’encore arai mes iretés
« Par mon enfant Aiol(s) c’ai engenré.
315(b)— Ch’arés mon, » dist Aiols, « vos les rarés,
« De chou soiés vos tous raseurés :
« Se Dieus me maine en France a saveté
« Que al roi Loeys puisse parler,
« Ançois que vos voiés (tout) cest an passer,
320« Les vos voil toutes rendre et aquiter. »
Quant Elies l’entent, liés fu li ber.

« Or en irés en Franche, Aiols, fiex gens ;
« Je vos commanc a Dieu omnipotent
« Qui fist et mer et ciel et tere et vent,
325« Qui de mort vos deffenge et de torment !
« Biaus fieus, or soiés sages et de cler sens
« Et se retenés bien castiement.
« De Dieu(s) de sainte gloire, fiex, te deffenc,
« La ou(ques) tu le saras en ton vivent,
330« Ne pren a mavais home acointement :
« Tost en aroies honte, mien ensient.
« Un neveu ai en France qu’es[t] tes parens,
« Il est fiex ma seror dame Hersent :

    — 309 Vers visiblement altéré — 310 ne sera rep.