Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

265Et le boin ceval core et trestorner,
De dit et de parolle l’en a moustré,
Aiols le retient bien comme senés ;
Et des cours des estoiles, del remuer,
Del refait de la lune, del rafermer,
270De chou par savoit il quanqu’il en ert :
Avise la ducoise l’en ot moustré ;
Il n’ot plus sage feme en .x. chités.
Et Moisès l’ermite l’ot doctriné,
De letres de gramaire l’ot escolé :
275Bien savoit Aiols lire et enbriever,
Et latin et romans savoit parler,
Ne en tere u il sache ja tant esrer.
Il apela son pere par amisté :
(f. 98)« Sire, por amor Dieu or m’entendés.
280« Vos m’envoiés en France por conquester :
« Au fort roi Loeys irai parler ;
« Si n’ai apris mes armes a porter,
« Quant onques encore home ne vi joster
« Vers autre chevalier qui fut armé[s] :
285« Sire, por amor Dieu, m’en aprendés
« De dit et de parolle, se vos savés,
« Se je sui en bataille n’en camp entrés,
« Et chevalier[s] me vient por agrever,
« Comment le porai jou mieus adamer ?
290— Biaus fieus, » che dist Elie[s], « molt estes ber,
« Cortois et preus et sages et porpensés.
« Certes chou est grant sens que demandés,
« N’en devés de nul home estre blamés,
« Et je vos en dira la verité :
295« Bien brochiés le destrier par les costés,
« Et baisiés vostre espiel, si le branlés,
« Tant com ceval[s] peut rendre vers lui venés,
« Grant cop sor son escu se li donés
« Que lui et le ceval acraventés,

    — 277 Lacune après ce vers ?