Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Si vos donrai conseil par boine foi :
« Vos en irés en Franche servir le roi.
200« Tel dame a en Orliens, s’ele vivoit,
« Qui vos feroit aie se vous veoit :
« Ele est seur vostre mere, si aroit droit.
« Celés vostre corage tout a estroit
« Tant c’aiés fait bataille et grant tornoi,
205« Et guerres afinees voiant François :
« Vous i arés grant preu, sel set li rois.

VII[1]

(c)« Or en irés en France, » che dist Elie[s] :
« Je vos commanc a Dieu le fil Marie,
« Qui le ciel et le tere a establie.
210« Quant vous venrés en France le signorie,
« Gardez vos de Makaire, Dieus le maudie !
« Le sien acoi[n]tement ne tenés mie,
« Car quivers est et fel et plains d’envie :
« Il me cacha de France par felonie.
215« Traiés as boins osteus d’anchiserie ;
« Mangiés a grant plenté par signorie,
« Ne bevés mie trop de vin sor lie,
« Car nel tient on a sage, coi que nus die :
« Ains en est asottés qu’il soit complie.

VIII[2]

220« Or en irés en France, a Dieu congié :
« S’en menrés Marchegai, mon boin destrier.
« Par le foit que vos doi vostre bel cief,
« Il n’en a nul millor en nul resnié :
« Mais il est mal gardés, mal porsoingié[s] ;
225« Li chevaus est molt maigres et deshaitié[s]
« Et si est defferés de[s] .iiii. piés.
« Mais pensés del ceval c’ait a me[n]gier :
« Del feure et de l’avaine ne soit dangier.
« Ja ne venrés, biaux fiex, .i. mois entier
230« Que trestous ciaus de France porés gaingier :

  1. — 208 fiex
  2. — 229 le — 230 trestout