Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Dame, » che dist Aiol[s], « nel me celés vos mie,
« Dont n’esse [pas] vostre oste Floquipasse et Propisse[s] ?
« Che sont li home el monde u plus a felonie.
10935— Sire, » che dist la dame, « se Dieu[s] me beneie,
« Che sont il voirement, mais de mort m’ont garie.
« Por eus puis bien porter, s’il vous plaist, un juisse :
« Onques millor[s] convers de vos ieus ne veistes.
« Faites les baptisier, crestienté desirent.
10940— Volentiers, » dist Aiol[s], « se Dieus me beneie ! »
Il les fait baptisier par molt grant signorie :
L’un apellent Aiol, l’autres ot non Elie.
Il sont venu as loges et as tentes de Sire ;
Cele nuit ont mangié par molt grant signorie.
10945En après le souper li senescaus s’escrie :
« Alés a vos osteus, fran chevalier nobile. »
Li baron s’en repairent en lor tentes porprine[s] :
En mi le tref Aiol .i. molt riche lit fissent,
La se coucha Aiol[s] lés Mirabel s’amie.
10950Ele apela Aiol par molt grant signorie :
« Sire, vous fustes fors de la cartre perine,
« Et Dieus vous en geta, li fiex sainte Marie.
« Vous avés or, je quic, autre feme reprisse,
« U vous avés piecha faite novele amie.
10955— Bele, » che dist Aiol[s], « vous parlés de folie.
« Je vous plevis par foi et jur(e) sainte Marie,
« Puis que parti de vous, n’oc feme a compaignie. »
Maintenant se li a li ber sa foi plevie :
Ele ne le vaut prendre tant par fu bien aprisse.
10960(f. 173)Cele nuit voirement a joie s’esbanissent :
S’il font ju de cortine ne vos mervelliés mie,
Dusc’al demain al jor que l’aube est esclairie,
Que li baron se lievent et l’os est esbaudie.
Del fort roi Mibrien vos conterai la vie :
10965Il se fist baptisier el non sainte Marie,

    — 10937 un] vo — 10957 a feme noc comp.