Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Si lor dona en liege .ii. fors chités vaillans,
« Se il peuent tant vivre qu’il portent garniment,
10210« Dont il poront mander .xxm. homes et cent.
« Se del felon Makaire volés nul vengement,
« Bien vous en aideront a lor esforchement.
— E Dieus ! » che dist Aiol[s], « se je vivoie tant,
« Dont ne me cauroit il de cest jor en avant
10215« M’ame partist del cors, mais Dé(x) n’i fust perdant. »
(d)Atant en sont monté ens el palais plus grant ;
Dont a parlé Terris hautement en oiant :
« Sire, drois enpereres, entendés mon samblant.
« Ambedoi vo filleu ja sont chou mi enfant ;
10220« Vessi Aiol de Franche, le hardi combatant,
« Qui andeus les me quiert orendroit maintenant,
« Il les fera norir bel et cortoisement,
« Tant qu’il poront porter armes et garniment,
« Puis lor fera doner rices et avenant. »
10225Quant l’entendi Aiol[s], si s’en dreche en estant,
Si a parlé li ber si que on bien l’entent :
« Por Dieu, drois enpereres, ne me soiés nuisans.
— Non serai, par ma foi, » dist Grasiens li frans.
« Orendroit comman jou mes filleus maintenant,
10230« Qu’il vos servent trés bien trés cel jor en avant. »
Et cil li respondirent : « Tout a vostre commant. »

CCLXXI[1]

Or sont li fil Aiol andoi si escuier :
Mervelles s’entramoient, durement s’orent chier.
Encor(e) ne set Aiol[s] se nus l’en apartient.
10235Bien furent li enfant andoi aparellié
Et servent a la table le fort roi Grasien.
Aiols les esgarda, si encline le cief,
Tenrement a ploré li gentieu[s] chevaliers.
El quant le voit Terris, si l’en prist grans pitiés :
10240Mais ne li ose pas descovrir volentiers
Que fuissent si enfant : forment les avoit chiers,
Et sa feme dame Aie l’en avoit castoié.

    — 10221 le mes

  1. — 10242 dan aie