Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

S’a par toute sa tere tout son esfors mandé,
Qu’il vieut a Salenike a son pooir aler :
Onques de plus grant ost n’oi nus hon parler.
9905Armes fissent Aiol en la place aporter :
Molt sont chieres et beles, nus hon nes doit blamer ;
Quant li rois le commande, Aiol[s] s’en est armés,
Il a vestu l’auberc, si a l’elme fremé,
Il a çainte l’espee al senestre costé.
9910Un boin ceval li ont en la place amené,
Cil ert le roi meisme, Passeavant fu clamé[s].
Li chevals fu si boins et de si grant fierté
Que d’une toise longe n’i peut on abiter,
Ne mais que l’escuier[s] qui de lui fu privés.
9915Aiols li fieus Elie est cele part alés :
Tost et isnelement est par l’estrier montés,
Et pendi a son col un fort escu bendé,
Et tient en son puin destre .i. fort espiel quaré,
A .iii. claus de fin or .i. gonfanon fremé :
9920De la chité issirent por le Franc esgarder.
Li rois a un serjant a dit et commandé
Facent une quintaine drecier en mi le pré :
Si sara del François com se vaura porter
Ses rices garnimens en bataille campel.

CCLXII[1]

9925La quintaine font faire ens el pré verdoiant,
Ce fu de .iiii. estaces d’un fort escu tenant ;
Aiols point le destrier c’on claime Pasavant :
Li destrier[s] se desroie qui les grans saus porprent,
Fors Marchegai el monde n’en ot .i. plus corrant ;
9930(d)Et fiert en la quintaine par son fier maltalent,
Que l’escu fait percier sor la boucle a argent,
Et les paisson[s] tout .iiii. froisa de maintenant,
L’escu[s] et la quintaine cai de maintenant :
« Marchegai, » dist Aiols, « je vos amoie tant !
9935« Piecha vous ai perdu, s’en ai le ceur dolant. »

  1. — 9926 Se