Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Je sai tant de language, ja n’erme[s] enterchié ;
9455« S’irons a Panpelune al fort roi Mibrien :
« Si li rendrons sa fille al gent cors afaitié(s).
« Et cil heit plus Aiol que home desousiel :
« Trop nous donra avoir et viles et plaisié[s] ;
« Et se vos volés Dieu le pere renoier,
9460« Ausi com je ferai, tous en sui conselliés,
« Plus vous donra li rois et avoir et deniers
« C’onques n’en eut en France Loeys ne Loier[s].
— Sire, » dist Hercenfrois, « tout sons aparellié
« Que nou ferons tout chou que vostre plaisir [i]ert.
9465« Mieus voil jou Dameldé le pere renoier
« Que fuisse cha dedens ocis et detrenchiés. »

CCLII[1]

Oiés del traitor, ses cors soit confondus,
Qu’il vieut que tout si home soient ars et pendu :
E Dieus ! si seront il, ja n’en estordra uns !
9470Il fait son tresor prendre trestout la u il fu :
A loi de marcheant se sont tout .v. vestu
De cotes bugerenc et de capes desus,
Et jeterent Aiol de la cartre u il fu,
(c)Et Mirabel sa feme qui trop i ot jeu,
9475Si les en ont mené en .i. mostier la sus :
Sor sains lor font jurer .v. foies u plus
Que ja ne diront cosse dont soient reconnu :
Aiols aime tant Dieu ja n’en sera parjurs.
Puis torserent les malles sor les destrier[s] grenus,
9480Aiol et Mirabel leverent sor .i. mul,
Par la porte s’en issent, si abatent le mur ;
Makaires trait l’espee del feure, le branc nu :
Les portiers et les gardes en a les ciés tolus.
Par mi l’ost s’en tornerent, cha fors se sont venu :
9485Dusc’al trés Loeys ne sont aresteu.
Or entendés d’Aiol com a le sens perdu,
Qu’il ne veut nul mot dire por coi soient connu ;

    — 9463 tous