Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

(d)Ne veistes plus biaus né[s] d’ome ne de feme.
Quant li enfant sont nei, Makaires le sot tenpre :
9090Il a traite l’espee, el font de la cartre entre,
A haute vois s’escrie li quiver[s] de mal engre :
« U es, Aiols, quivers, qui me tols Franche gente ?
« Ja Dameldé ne place que preu i ait tes enfes ! » 
Quant l’entendi Aiol[s], a poi qu’il ne forsene :
9095« Merchi, sire Makaires, por Dieu et por ses angles !
« Laisiés mes enfans vivre, ja n’i arés grevance :
« Sor sains vos ju[re]rai entre moi et ma feme
« Tous jors vous servirai a escu et a lanche. »
Quant l’entent li traitres, si tient tout a losenge,
9100Et jure Dameldé et sa fiere poissanche
Jamais ne mangera si lor taura les membres.

CCXL[1]

« Sire franc chevalier, » dist Aiol[s] a Makaire,
« Por amor Dieu [del ciel], le pere esperitable,
« Laisiés moi mes enfans, ja n’i arés damage.
9105« Quite vous claim ma terre et tout mon iretage :
« Sor sains vos ju[re]rai et ma feme la sage
« Tous jors vos servirai a ceval et a armes. »
Quant l’entent li traitre, n’en fait el, qu’il s’enrage :
Il prent .i. des enfans, del brac destre li sace.
9110Aiols li fiex Elie repont coiement l’autre :
Sor son genoil le met en son bliaut de paile,
Et Makaires s’en torne, cui li cors Dieu mal fache,
Si emporte l’enfant que mie n’en i laisse.
Si com il dut monter sur les degrés de marbre,
9115S’oi l’autre plourer ens el font de la cartre :
Grant mervelles en ot, a poi que il n’esrage ;
Dist qu’il n’i remanra, ains avra avoec l’autre.
Son senescal apele Ginart le fil Ylaire :
« Cuiver, nen os cestui ? encore i a un autre.
9120« Damelde[x] me confonge se ja en ferai garde,
« Ne se jamais mengue tant com je vif le sache ! »
Quant l’entendi Aiol[s], a poi d’ire n’esrage.

  1. — 9111 bliaus — 9112 qui