Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Atant s’en est tornés, onques congié n’i quist.
Issi com il devoit fors des tentes issir,
8890Le messagier le roi a encontré, Hervil.
Hervieus le salua comme preus et gentis :
Ançois qu’il se departent n’erent pas boin ami.

CCXXX[1]

Andoi li messagier se sont entrecontré.
Herviels fu molt cortois, si l’a bien salué ;
8895Li Lonbars l’entent bien, si n’en a mot soné ;
De pute felonie a un faus ris jeté :
Puis dist a l’autre mot par molt ruiste fierté :
« Qui estes vos, vasal, qui par la en alés ?
« Sont ore no cemin isi abandoné ?
8900« No dui signor se heent de grant guerre mortel :
« Molt me tienent honor et grant nobilité,
« Et si ai le ceur plain de molt rice bonté,
« Quant ne prenc le ceval que vos la en menés
« Et trestoutes les armes ausi que vous portés. »
8905Qaand l’entendi Herviels, .i. ris en a jeté
Et dist a l’autre mot : « Vasal, vos me gabés !
« Par icel saint apostle c’on quiert en Noiron pré,
« Se vos m’aviés le mien ne tolu ne enblé
« Dont vous peussiés prendre .i. denier moneé,
8910(c)« Jamais ne remanroie en la crestianté,
« Jusques en paienie ne vauroie arester,
« Si vauroie Mahom servir et honorer.
« S’ensi le volés faire com devisé avés,
« Or voist donques cascuns son mesage conter :
8915« Puis reverons ichi fervestu et armé,
« Si avrés le bataille, se vous faire l’osés. »
Et respont Guinehos : « Vos le m’afierés.
— Volentiers, » dist Herviels ; sa main li tent : « Tenés ! »

CCXXXI[2]

Andoi li messagier s’en tornent et departent.
8920Et Guinehos revient a Losane a Makaire ;
Mal ait quant il .i. point desist de son mesage !
Il l’en a apelé, fierement l’en aresne :