Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ains referi Guimart en l’escu a delivre.
Desor la boucle d’or a le targe perchie,
Et la bronge del dos desroute et desartie.
(f. 157)Toute plaine sa lanche l’abat mort a delivre,
8695Et Borgengon s’en tornent, s’ont le place guerpie,
Enfressi c’a Lossane ne cessent ne ne finent :
A pié et a ceval en entrent en la vile ;
Makaires fu dedens, li quivers, li traitres.

CCXVIII[1]

Makaire[s] fu dedens, li traitres cuivers ;
8700Molt demaine grant doel de sa gent que il pert.
Evous .ii. messagiers qui poingent a es(e)lais :
Il escrient Makaire quant il li vienent près :
« Par foi, sire Makaire, trop malement vos vait !
« Les pui(n)s de Marajus vous ont François desfait.
8705« Tout chou a fait Elies, un[s] traitres malvais.
« Malades a geu, par traison l’a fait.
« Les gens de ceste terre nous tien[ent] a malvais.
« Fai ardoir en .i. feu Aiol, le mal quivert. »
Quant l’entendi Makaires, a poi le sens ne pert :
8710Il a traite l’espee dont tranche[nt] li coutel.
Venus [est] a la cartre poignant tout a eslais,
Et vaut ferir Aiol quant il li vint de près,
Quant il li retoli Alerans et Girbers :
« Ostés, sire Makaire, chou n’i ert ja soufert !
8715« Cil qui ochist prison doit morir desconfès,
« Puis nel doivent servir chevalier ne dansel.
« Et il i a la fors no(u)s amis de plus près :
« S’or ochiés Aiol, ja nes reverons mès.
— Signor, » che dist Makaires, « chi a mavais revel(s) :
8720« Si parent m’ont gasté maint borc ci maint castel.

CCXIX[2]

« Signor, » dist li traitres, « laisier l’estu[e]t atant ;
« Or vos proi de ma guerre trés ce jor en avant. »
Et cil li respondirent : « Tout a vostre commant.
« La jus a cele porte a la bare plus grant :

    — 8693 desronte

  1. — 8719 dist aiol