Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Or manderai mes homes par trestout mon resné :
8660« Se secorons Aiol que ne puis oublier.
— Sire, » che dist Elies, « Dex vos en sache gré ! »

CCXIV[1]

L’enpe[re]res fist faire ses cartres et ses briés :
De par toute[s] ses teres mande ses chevaliers
Et toutes les communges a ceval et a pié.
8665Tout i vienent esrant apresté d’ostoier :
Ne sai que vous deuse lor estoire anonchier.
Les os s’aharneskierent sans plus de l’atargier :
De Lengres s’en issirent tout seré et ren(s)gié ;
Elie[s] les conduis[t], le gonfanon lachié.

CCXV[2]

8670Signor, des puis cel[e] oure que li os fu esparse,
Ne trovent il maison ne vile que n’ait arse.
Es puis de Marajus encontrent les angardes :
Makaires i laisa .vc. homes a armes ;
Et François s’adouberent as adurés corages.
8675Or pensent de bien faire, qu’il troveront bataille.

CCXVI[3]

Borgengon seurent bien les destrois de la tere ;
Tant com porent cel jor contre François cembelent.
Elies doute molt que de sa gent ne perde :
Il broche Marchegai, se li lasque le resne,
8680Et va ferir Gautier, le conte de Valterne.
Ne escu[s] ne haubers ne vaut une cenele :
Par mi outre le cors li mist l’anste novele,
Tant com anste li dure, l’abat mort de la sele.
Molt en pessa son frere, Guimart de le Tormele.
8685Il broche le destrier, se li lasque le resne,
Et vait ferir le duc sor la targe novele,
Desor la boucle a or li fraint et esquartele.
Molt fu fors li aubers que maille n’en dessere :
Tant par fu fors li vieus ne ploie ne ne verse.

CCXVII[4]

8690Tant par fu fors li vieus ne verse ne ne pl(o)ie,

  1. — 8681 hauberc n. v. .i. c.