Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ains brochent les destriers par mi la plainge herbue :
Cascuns abat le sien a la grant anste ague.
Antialmes point et broche, qui de ferir s’argue,
7580Et fiert .i. chevalier qui avoit a non Hue,
Que la targe del col li a frainte et fendue
Et la bronge del dos desmaillie et rompue.
Par mi outre le cors li a l’anste enbatue,
Que mort l’a abatu desor l’erbe menue :
7585« Outre ! glous, » dist Antialmes, « vostre fin est venue ! »
Quant l’entendi Rainiers, la color a perdue.
Il a dit a ses homes parolle aperceue :
« La mort de mon neveu te sera chier vendue,
« Car tu es mes hon liges, c’est verités seue,
7590« Et tes peres mes sers tout estrais par nature.
« Riches hons est d’avoir, amontés par usure :
« Mieus te venist tenir la soie noreture.
« Por che mestier aras si la goule estendue
« Che te sera avis que tu penges as nues.
7595— Bien ai, » che dist Antialmes, « ta raison entendue :
« Ançois que il soit jors ne l’aube parcreue,
« Vous i sera ma teste cierement desfendue. »

CLXXX[1]

Aiols atout les .vi. cevalce fierement
Tous les galos sor frains abandoneement :
7600« Signor, » che dist Antialme[s], « chevalciés sagement.
« Cascuns a boin destrier, je n’i voi nul sulent ;
« De lor .x. chevalier[s] avons pris vengement,
« N’en i a mais que .ix., jel sai bien vraiement.
« Chevalcons si près d’aus que voions lor talent.
7605« Ques poroit .i. petit eslongier de lor gent
(b)« Tant que cil fuisent mort et livré a torment,
« Ja puis ne douterons lor borgois de noient,
« Car des armes porter sont apris povrement ;
« Que chou est un[s] mestier[s] qu’il ne font pas sovent.

    — 7590 estrait

  1. — 7604 quen oions