Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

7130« Por amor vostre mere qui m’a dit et conté
« Que vos estes frans bons et de haut parenté,
« De vous vauroie faire chevalier adoubé,
« D’armes et de destrier corant et abrivé. »
Quant l’entent li vallès, parfont l’a encliné :
7135Dessi a pié l’en va par boine volenté ;
Entre Aiol et Gerelme l’en ont sus relevé.
Aiols li fieus Elie ne vaut plus arester,
(f. 146)Car il ne voloit mie prometre sans doner :
Onques li gentiex hom n’en fu acostumés.
7140Il fist toutes ses armes devant lui aporter,
Qu’il conquist en Espaigne a l’espee de lés :
De toutes les millors a Antialme adoubé(s) ;
El dos li ont vestu .i. blanc auberc safré,
Se li ferment el cief un vert elme gesmé ;
7145Aiols li çaint l’espee al senestre costé,
Hauce le paume destre, el col li a doné :
« Dieus te doinst foit et pais et honor et bonté.
« Vos m’avés ces cevals la desous ostelé :
« Prendés ent le millor, car jel voil de boin gré,
7150« Et demain a Orliens ains qu’il soit avespré
« Vos donrai riches dras et fort escu bouclé. »
Quant l’entent li valès, si l’en a merchié.
Esmeraude s’ostesse a .i. mantel doné,
Et .c. sous dona l’oste al mangier conraer,
7155Por chou que miex en soit servi[s] et honoré[s].

CLXX[1]

Aiols fu ostelés ciés son oste Hunbaut.
Le mangier qu’apresterent fu molt rices et biaus :
Plenté orent avaine et feure a lor cevaus.
Antialme[s] se desarme, molt fu gens damoisiaus ;
7160Delés les fiex Gerelme s’asist as escamiaus.
Quant li mangiers fu prest, ses veissiés issniaus
Les serjans por les tables metre sor les est(i)aus,
Et a l’aigue doner as diorés vasiaus.

    — 7134 vallet — 7152 valet

  1. — 7162 serjant