Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

C’a la branche d’un arbre l’a pendu et lacié.
Le blanc auberc et l’elme torse sor son destrier
6850(f. 144)Et pendi a l’archon le branc forbi d’achier.
En lor cemin s’en entrent et pensent d’esploitier ;
La pucele chevalce joste le chevalier.
Aiol[s] le regarda, li ardis et li fier[s],
Por l’amisté de lui s’aticha el destrier :
6855Deu[s] doie et plain[e] paume fist l’estrier alongier.
S’or li venoit nus hon né[s] de mere sousiel,
Qui vausist la pucele de nient calengier,
Ja li contrediroit al fer et a l’achier.
Or le conduisse Dieus qui tout peut justichier !
6860Car ançois qu’il ait gaires longuement cevalcié,
S’il ne se veut acertes bien secore et aidier,
Grans maus li avenra, s’il le vieut commencier ;
Car li .xi. laron furent el bos plenier,
Et dist li uns a l’autre : « Mal somes engingié(s) !
6865« Je quic que nos compains est mors et detranciés :
« Car chevauçons après, bien li devons aidier. »
Et il li respondirent : « Com vous plaira, si [i]ert. »
Il vestent les aubers, s’ont les elmes laciés,
Et çaingent les espees et montent es destriers ;
6870Si pendent a lor caus les escus de quartiers,
Et saisissent les lances as confanons lachiés ;
Enfressi que a l’arbre ne vaurent atargier
Que Gonbaus lor avoit nomé et ensengié.
Quant il ne le troverent, le sens quident cangier,
6875Mais la route troverent des auferans destrier[s],
Et troverent Gonbaut pendu et atachié.
Corsaus le voit, li maistres, a poi n’est esragiés :
Il a traite l’espee, si a le [h]art tranchié,
Dont Gonbaus, li faus moines, ot la goule alongié :
6880Gonbaus cei a terre, li quivers renoiés,
Et Corsaus s’en torna, si l’a ileuc laisié :
Après Aiol se met tout son cemin plenier.

    — 6857 li p. — 6873 et 6879 gonbaut — 6880 Gonbaut