Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Par le consel Makaire cui Dieus otroit moleste,
« Un malvais losengier, .i. glouton de put aire :
6475« Morir l’en covera se j’en avoie aise !
« Fuis s’en est li ber loins en estrainge tere :
« Sel savoie u trover, encor(e) l’iroie querre.
— Sire, » che dist Aiols, « par les iex de ma teste,
« Trestout vis est li dus, bien sai u il recete ;
6480« Racordés est al roi et si rara sa tere.
— Hé ! Dieus, » che dist li ostes, « si che pooit voirs estre,
« .c. mars d’or en donroie por l’acordance faire. »
Tel joie ot por le duc dont il oi novele
Qu’aporter fait ses armes, son auberc et son elme,
6485Et l’espee tranchant et l’escu de Biterme.
U que il voit Aiol, belement l’en apele :
« Sire, veschi tex armes, il n’a millors en tere ;
« Encor(e) ne su je mie ne tant viens ne tant frailles
« Que il ait chevalier enfressi a Bordele,
6490« Se jel fierc a bandon en le targe novele,
« Se ma lanche ne brise, que ne vide la sele. »
Adont sot bien Aiols qu’il estoit de sa geste :
« Sire, » che dist Aiols, « se le voliés faire,
« Ces vos fieus en menroie avoec moi en ma terre :
6495« Plus donroie a cascun qu’il n’en ait a Mongraile ;
« Ces .vii. cevaus d’Espainge lor doin ge tout acertes,
« Volentiers et de gré, mais je voil qu’il me servent.
— Sire, » che dist li ostes, « ne plache al roi celestre,
(c)« Al glorieus del ciel qui le siecle governe,
6500« Nous en aions del vostre vaillant une cenele !
« Armes lor ferai querre molt avenans et beles :
« S’atendrai Pentecouste la glorieuse feste,
« Puis les adouberai en mon palais ancestre :
« Ses veront mes maisnie[s] et mes compainges beles,
6505« S’en seront plus haitié que par estrange[s] teres ;
« Et vo[s] prenderés, sire, en France vo repaire.
« Se vos avés besoin, que il vos sorge guerre,

    — 6473 que — 6501 Lor armes f. q. m. auenant — 6505 qua par