Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Aiols li fiex Elie retrait son pié a lui ;
Venus est al serpent, sel trencha par le bu :
.xv. piés et un[e] ausne ot de lonc estendu ;
Puis releva s’espee, n’a talent qu’il [l’]esuit,
6375Le branc a ens el feure maintenant enbatu,
Et vait par le vergier dolant et irascu[s] ;
Molt forment se demente li fieus Elie al duc :
« E las ! » che dist Aiol[s], « com mal m’est avenu !
« Ahi ! gentiex pucele, quel eskiec ai perdu !
6380« A quel tort vous en maine li fel vielars quenu[s] ! »
Il voit Marchegai paistre desous l’onbre d’un fust :
S’Aiol[s] en eust grant joie, demander ne l’estut ;
Dameldé en aoure et la soie vertu :
« Sire pere de gloire, vos en ren ge salu
6385« Que cest cheval m’avés et savé et rendu :
« Or me rendés les autres par la vostre vertu ! »
Il vint a Marchegai, par l’estrier monta sus,
Et prist en son poing destre le roit espiel molu.

CLXIV[1]

Aiol[s] li fieus Elie fu montés el destrier :
6390Onques mais ne fu il si joians ne si liés,
(d)Que Dieus l’a delivré del cors a l’aversier.
Il entra ens esclos de la dame et del viel :
Il nen ot mie alé .ii. trais d’arbalestrier
Quant [il] les vit ensamble en .i. val caploier.
6395La pucele estoit lasse, ne se pot plus aidier,
Quant il l’ot abatue por avoec lui couchier :
Il ot traites ses braies por son cors [a]aisier.
La pucele s’avanche, ne se vaut atargier,
Par entre .ii. ses quisses li fait ses mains glachier ;
6400Tant s’aprocha avant par ses colles le tient,
Si les trait par vertu qu’il ne se pot aidier :
.iiii. fois se pasma ains qu’il dut redrecier.
Quant il leva la teste, Aiol vit chevaucier,
Et dist a la pucele : « Bele, car me laissiés ;

    — 6380 vielart