Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

5860« Dont mes brans acerins te bevra el cervel ;
« Cuivers, met jus mes armes, n’ai cure de revel. »

CL[1]

Aiol[s] li fieus Elie saut en piés maintenant ;
Venus est a Robaut, le quivert souduiant :
Il jure Dameldé le pere raiemant :
5865« Fil a putain, lechieres, fel viellart souduiant,
« Se ne mès jus mes armes ore[n]droit maintenant,
« Tu perdras ja la teste, n’aras de mort garant. »
Quant li leres le voit lever par mautalent,
Dusqu’a l’ongle del pié li va li cors tramblant ;
5870Li boin[s] espiel[s] Aiol li cai maintenant :
« Vasal, » che dist li leres, « molt par estes vaillant
« Et hardis de corage et preus et removans :
« Vessi toutes vos armes, faites ent vo talent ;
« Ja nes quier mais baillir en trestout mon vivant. »
5875Li laron d’autre part peureus et tramblant
Aiol en apelerent, si le vont losengant :
« Gentiex damoiseus sire, merchi por Dieu le grant !
« Onques mais ne veismes .i. seul home vivant
« Qui si alast son oste fierement destraingant
5880« Com vos alés no maistre asprement justichant :
« Ja ne vos ferons cose qui vos voist desplaisant,
« Ançois vos servirons tout a vostre talent. »
Dont ramembra Aiol de Dameldé le grant :
Por chou qu’il sont si oste, l’a laisé aitant ;
5885Quant il les a oi parler si belement,
Il renbati s’espee el feure maintenant :
(b)Dejouste Mirabel se rasist sor le banc.
Onques si grant folie ne fist en son vivant,
Se Damelde[x] n’en pense par son dinge commant !
5890Car li laron s’en tornent, cui li cors Dieu cravent ;
Le mengier aporterent en la sale laiens ;
Quant le durent drechier, si se vont aprestant :
N’orent auberc ne elme ne nul espiel trancant,

  1. — 5879 Que — 5890 qui