Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

4895Les murs et les soliers, le[s] abat vens,
Et par defors paiens et Nubians
Qui se vont par defors esbaniant.
« Signor, » che dist Ylaires li avenans,
« Comment le ferons nous vers les Persans ? »
4900Et Aiol[s] qui fu sages respont avant :
« Huimais sejornerons, mien ensiant,
« Enfressi c’a demain que jors soit grans,
« S’irons a Panpelune tout droit avant
« Querre chevalerie et joste grant :
4905« Damede[x], se lui plest, nous en avant !

CXXII[1]

— Signor, » che dist Ylaires, « nos somes chi,
« Se Damelde[x] n’en pense, près de no fin.
« U vous alés avant u estes chi,
« Che[s] chevaus vos convient a departir :
4910« Atachi[é]s Marchegai desous cel pin
« Qui mort et brait [toujours], fiert et henist,
« Ne peust autres chevaus lés lui sofrir.
« Nos ne garderons l’eure que soions pris :
« Se paien nous perçoivent, mal sons bailli.

CXXIII[2]

4915— Signor, » che dist Aiols, « vos remanrés,
« Que ja por mon ceval ne vos movés.
« Je m’en irai avant se vous volés
« A cel abateis que vous veés.
« Par matinet soiés tout apresté(s) :
4920« Si aiés vo[s] destriers estroit ceinglés ;
« Un cembel trametrons a la chité.
« Se Sarrasin s’en issent par lor fierté,
(c)« Faites qu’il ne s’en puisent mie gaber.
« Se nous en poions .iii. d’eus [mors] porter,
4925« Che sambleroit ricese et grans bontés :
« Si seriemes en Franche miex alossé. »
Il broche le destrier par les costés ;

    — 4895 auant v.

  1. — 4914 sont