Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Qu’entre nous lor donrons tout cargié .i. ceval
« Entre or fin et argent, et s’ai[en]t maint cendal,
4760« Mais que vengier nous laisent del quivert desloial.
— Jo irai, » dist Richiers, « et Hues de Monbart,
« Et de(l) Roimorentin ensemble nos Bernars,
« Et vos, Reinart, [i]chi, cascun[s] sor son ceval.
« Se nous avons besoing, ne vos atargiés ja,
4765« Mais venés nos secoure isnelement le pas. »
Et cil ont respondu : « Ne vos esmaiés ja :
« Alés seure(e)ment, ja nus ne vous faura ! »
Li troi s’en avalerent le pendant d’un costal :
Aiols les voit venir qui reconnus les a :
4770Trés bien vit a lor armes que de riens nes ama ;
Ses compaignons apele, douchement lor mostra :
« Quel le vaurés vos faire, franc chevalier loial ?
« Volés me vos aidier u cascun[s] me faura ? »
Et il ont respondu : « Onques ne parlés ja !
4775« .c. dehès ait el col qui ja s’en pensera,
« Por nule riens en tere le vostre cors faura. »
Quant Aiols l’entendi, onques ne se targa,
Mal ait onques parole ne dit i escouta :
Il broche Marchegai qui molt tost l’enporta,
4780Et a brandie l’anste de l’espiel qu’il porta :
Devant en son escu fiert Huon de Monbar,
Desor la boucle d’or li fraint et pechoia
(c)Et l’auberc de son dos desront et desmailla,
Par mi outre le cors la lanche li passa,
4785Toute plaine sa lanche l’abati del ceval,
Et escrie Monjoie a loi d’ome vasal :
« Fil a putain, glouton, vos n’i garirés ja.
« Chou est Aiols meismes qui reconnus vos a :
« A l’espee tranchant a vos s’acordera ! »

CXIX[1]

4790Aiols li fiex Elie abati le premier ;
Et Jobers et Ylaires furent boin chevalier,

    — 4758 li d. — 4759 et si — 4761 monral — 4762 berart